agboville le novateur d’Afrique

Bienvenue sur mon blog

 

A la une : P. Diddy, Jay-Z, 50 Cent : Quel est vraiment le rappeur le plus riche ?

Chaque année, le magazine Forbes dresse le classement des plus grandes fortunes dans diverses catégories professionnelles. Souvent, ce sont les rappeurs qui attirent notre attention tant leurs fortunes sont impressionnantes. Par exemple, c’est Jay-Z qui a gagné le plus d’argent cette année, empochant ces douze derniers mois plus de 63 millions de dollars. Malgré tout, selon Forbes, ce n’est pas lui qui aurait la plus grande fortune. Cette semaine le magazine s’est mis en tête de dresser la liste des cinq rappeurs les plus riches, en règle générale.
C’est P. Diddy qui apparaît numéro un avec une fortune estimée à 475 millions de dollars ! Presque un demi-milliard. C’est grâce à sa marque de vêtements Sean John, qui marche fort, sa joint-venture avec Diageo sur la marque de vodka Ciroc et bien évidemment son label Bad Boy Worldwide, sur lequel il produit les chanteurs et rappeurs les plus bankable, comme Rick Ross, que le rappeur homme d’affaires est devenu si riche. Il vient de sortir son cinquième album studio, Last Train to Paris, alors Sean Combs, de son vrai nom, va encore empôcher un joli pactole dans les mois à venir, fort des clips qu’il est en train de sortir.
En deuxième position, c’est Jay-Z, le mari de Beyoncé, qui suit à la trace son collègue P.Diddy. Avec 450 millions de dollars, il peut se féliciter d’avoir investi dans une équipe de basket, les New Jersey Nets, dont il est co-propriétaire. Jay-Z est également co-fondateur des chaînes de restaurants, clubs et lounge 40/40, et a ouvert (pour la petite anecdote) un restaurant de poulet dans le quartier de son enfance. Il est le 9e homme le plus influent de la planète selon le Top 100 des célébrités Forbes 2007 et compte bien continuer d’accumuler les millions avec ses albums (déjà 50 millions vendus), son label Roc Nation, sur lequel sont signés entre autre Rihanna ou Willow Smith, et sa marque de vêtements Rocawear.
En troisième position, Dr Dre arrive avec 125 millions de dollars, fort du succès de ses deux premiers albums The Chronic et 2001, des centaines de productions qu’il a faites pour tous les meilleurs comme Eminem ou Snoop Dogg, et l’énorme succès de sa marque de casques audio Beats by Dr Dre. En attendant son troisième opus, Detox, qui sortira le 20 avril 2011.
Puis c’est 50 Cent, le rappeur qui devient sérieusement acteur, qui se place en quatrième position des rappeurs les plus riches, avec 100 millions de dollars. Ses cinq albums Get Rich or Die Tryin’, The Massacre, Curtis, Before I Self Destruct et Black Magic se sont vendus comme des petits pains, et il vient paraît-il d’encaisser un chèque à neuf chiffres après la vente de ses 10% de participations dans la marque Vitamin Water à Coca-Cola.
Ex-aequo avec lui, c’est Birdman, qui est moins connu du grand public, avec lui aussi 100 millions de dollars. Patron et co-fondateur du label Cash Money (Juvenile, Mannie Fresh, Bow Wow, Omarion, Lil Kim, Drake, Nicki Minaj), Bryan Williams de son vrai nom, qui se fait aussi appelé Baby, est le « père adoptif » du rappeur Lil Wayne. Le jeune rappeur de 28 ans, qui vend des millions d’albums, est évidemment signé sur le label de son ami. Voilà pourquoi Birdman a tant d’argent.
Tous ces enfants issus de familles défavorisées ont réussi à briser toutes les barrières et ont fait fortune. Le rêve américain dans son plus bel exemple.

Dans : ACTUALITES,MUSIQUE AMERICAINE
Par agboville
Le 15 mars, 2011
A 4:17
Commentaires : 0
 
 

Les Pygmées

Le PEUPLE des PYGMEES (environ 40.000 personnes dans le diocèse de Wamba), en général vit en pleine forêt, avec un système de vie presque primitif (infrahumain), souvent marginalisé par les autres ethnies, et pis, « exploité » de façon « barbare » ! Déclarés « Premiers Citoyens » par Mobutu, ils ne jouissent pas en pratique de « Droits » : ils sont payés pour leurs services par alcool et drogue ; leurs produits de chasse n’ont pas de prix, si non dérisoires, ainsi leurs travaux.
Mais le pygmée n’étant pas « bête » ! (comme certains pensent !), quand il se voit « bafoué », il essaie de se faire justice tout seul, avec le vol … et cela engendre bagarres et mépris, parfois aussi des vengeances très graves de la part des bantous. Le pygmée pris sur le coup, le moindre, il sera durement battu sans tribunal, et ce n’est même pas rare le cas de meurtre ou de rester handicapé … pour des vols dérisoires (comme par ex. le vin de palme, …)! Le Pygmée n’est pas violent : il est un homme de paix. Si dans un village/milieu il n’est pas accueilli, plutôt que se bagarrer, il quitte, il change d’endroit, il se retire dans la paix de sa forêt … où il reste « libre » de danser sous la lune … il lui suffit ce qu’il trouve chaque jour pour vivre ; il ne cherche pas à accumuler, ni a la soif de « l’avoir » …

A la chasse aussi, s’il a tué une bête, il n’en poursuit pas une deuxième, mais cela lui suffit, et encore, tout ce qu’il a eu de la « bonne chance » (chasse ou cueillette) est « partagé » parmi tous les membres du campement ; ainsi pour la « prime » obtenue des travaux personnels faits chez des « patrons » : tout est en commun ! Le Pygmée aime beaucoup les enfants et sa famille : ils vont toujours en groupe ; le mariage normalement est monogamique ; sa stabilité est assurée souvent par leur coutume de l’ « échange » des filles : kichwa kwa kichwa (une tête/une tête).
A cause de sa marginalisation, le Pygmée est resté en dehors des intérêts nationaux : jamais sujet ou bénéficiaire des soins publiques préventifs, pas d’école, pas de taxes … ; « ignoré » quant à ses « DROITS comme Citoyen » ; et pour autant soumis aux caprices de quiconque !
Un Peuple qui pourrait vivre le plus « heureux », il est au contraire à un degré infrahumain !

La Pastorale Dioc. PY. Wamba, maintenant depuis six ans, dans un PLAN Pastoral COMMUN et réunissant les efforts et les positivités réalisées partout par les missionnaires qui l’ont précédée, propose pour tous une PASTORALE D’ENSEMBLE pour essayer d’ « INTEGRER » ce peuple des Pygmées dans la communauté chrétienne et dans la SOCIETE Congolaise d’aujourd’hui,
« à la paire des autres citoyens », avec DROITS/DEVOIRS et DIGNITE comme tous, pour construire un monde de Fraternité et de Justice réciproque, où tous, Pygmées et Bantous, pourront vivre dans le Respect et la PAIX durable.
Dans ce but elle propose les activités déjà lancées et en marche, en promouvant prioritairement la SCOLARISATION et Education des enfants, qui représentent l’«Avenir » de ce Peuple. Avec une méthode de rapprochement et rassemblement des pygmées en campements, d’ailleurs selon leur coutume, on organise un début d’activité agricole en commun, pour assurer une certaine « autosuffisance alimentaire », condition sans laquelle le pygmée devient soit « esclave » des patrons, soit « voleur » ou vagabond. Se faire un petit « champ » est le secret de sa « liberté » ! Aux campements est plus facile assurer la présence régulière des enfants à l’école ; ainsi la FORMATION DE LA FEMME PYGMEE, qui représente le pivot de tout progrès possible chez les Pygmées : elle détient l’autorité au campement et dans sa famille ! En campements les Pygmées pourront mieux soigner l’hygiène, leur habitat (avec des maisonnettes plus salubres que les huttes), propreté des sources, assistance sanitaire … et toute activité de promotion.

Dans : EDUCATION
Par agboville
Le 12 mai, 2011
A 3:29
Commentaires : 0
 
 

Dossier spécial: la Côte d’Ivoire en crise

Depuis le second tour de la présidentielle, le 28 novembre 2010, la Côte d’Ivoire a deux présidents et deux gouvernements. La victoire d’Alassane Ouattara dans les urnes est reconnue par la communauté internationale, tandis que le Conseil constitutionnel a déclaré vainqueur le président sortant Laurent Gbagbo. Un bras de fer inédit qui mène le pays au bord du gouffre.Dossier spécial: la Côte d'Ivoire en crise

Dans : ACTUALITES
Par agboville
Le 13 mars, 2011
A 3:04
Commentaires : 0
 
 

La Ligue arabe demande à l’ONU d’imposer une zone d’exclusion aérienne en Libye

La Ligue arabe a demandé samedi aux Nations unies d’imposer une zone d’exclusion aérienne sur la Libye afin d’empêcher les bombardements aériens commis par les troupes du colonel Moammar Kadhafi.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe – qui regroupe 22 pays – se sont réunis ce samedi à huis clos au Caire.

Dans un communiqué publié à l’issue de cette réunion, la Ligue arabe demande aux « Nations unies d’exercer leurs responsabilités en imposant une zone d’exclusion aérienne sur la Libye ».

La Ligue arabe elle-même ne peut imposer une zone d’exclusion aérienne. En revanche, son approbation donne aux pays occidentaux qui soutiennent la rébellion libyenne le soutien régional qu’ils jugeaient crucial pour prendre une telle mesure.

Les insurgés réclament une zone d’exclusion aérienne pour protéger leurs positions des bombardements de l’aviation du colonel Moammar Kadhafi. AP

Dans : ACTUALITES
Par agboville
Le 12 mars, 2011
A 19:56
Commentaires : 0
 
 

Mutant sort le single « GBETCHE »

Son 2e album arrive bientôt dans les bacs ; En prélude MUTANT sort le 1ER extrait baptisé « GBETCHE ». Transfuge de la Jowaoh Prod, le rappeur évolue désormais sous l’aile du label « Entourage Soundz ». Un nouveau single en duo avec GAEL ; Réalisé par « Nirava Film », le clip tourne déjà sur toutes les stations Tv et sur RDB. Le morceau en écoute et en téléchargement

sur Rapdubled.

Dans : MUSIQUE AFRICAINE
Par agboville
Le
A 19:26
Commentaires : 0
 
 

Rap Du Bled : Le portail de la musique africaine

Yeleen présente « Rédemption »

La popularité du groupe Yeleen s’explique par la combinaison de la voix mélodieuses de Mwandoé, ce chanteur et griot et des textes incisifs de Smarty décrit comme un poète et un parolier des temps modernes. Le duo propose chaque fois une fusion de musique de l’Afrique Central et de l’Afrique de l’Ouest avec des textes en dioula, mooré, wolof, ngambaye, arabe.

Dans : MUSIQUE AFRICAINE
Par agboville
Le
A 18:29
Commentaires : 0
 
 

Kadhafi menace de révéler un ‘grave secret’ sur Sarkozy

Kadhafi menace de révéler un 'grave secret' sur Sarkozy dans ACTUALITES Le régime libyen a affirmé jeudi 10 mars, via son agence officielle, que la révélation d’un ‘grave secret’ allait entraîner la chute du président français Nicolas Sarkozy, peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition comme représentant du peuple libyen. L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir ‘appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale’

 

Cette annonce, reprise par la télévision officielle, est survenue peu après la reconnaissance par Paris du Conseil national de transition (CNT) libyen, qui réunit l’opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme le seul ‘représentant légitime du peuple libyen’ et sa décision d’envoyer prochainement un ambassadeur à Benghazi.

En outre, un responsable du ministère des affaires étrangères libyen a menacé de rompre tout lien diplomatique avec la France en raison de la reconnaissance par Paris du CNT. ‘La Libye va réfléchir à rompre ses relations avec la France en raison d’informations circulant sur l’intervention dommageable de la France dans les affaires intérieures libyennes’, a dit ce diplomate à l’agence Jana.

‘ON EST LES PREMIERS À DIRE QUE KADHAFI N’EST PLUS LE REPRÉSENTANT LÉGAL’

Dans la matinée, la France, critiquée pour ses atermoiements face aux révoltes en Tunisie et en Egypte, est devenue le premier pays à reconnaître l’opposition armée au régime du colonel Mouammar Kadhafi comme le seul ‘représentant légitime’ du peuple libyen. A l’issue d’un long entretien avec le président Nicolas Sarkozy, trois émissaires du CNT libyen ont annoncé que Paris avait décidé de faire de leur organisation son unique interlocuteur libyen et d’envoyer un ambassadeur à Benghazi, le siège de la contestation au colonel Kadhafi, à un millier de kilomètres à l’est de Tripoli.

‘Sur la base de cette reconnaissance, nous allons ouvrir une représentation diplomatique, donc notre ambassade à Paris, et un ambassadeur de France sera envoyé à Benghazi’, a déclaré un de ces émissaires, Ali Essaoui, ‘il sera installé de façon transitoire à Benghazi, avant de retourner à Tripoli’. Peu après, Bernard-Henri Lévy, présent lors de cet entretien, a précisé que le nouvel ambassadeur de Libye en France sera accrédité ‘dans les jours qui viennent’. ‘L’ambassade de France en Libye serait transférée de Tripoli à Benghazi’, a-t-il ajouté
« On est les premiers à dire que Kadhafi n’est plus le représentant légal. C’est un événement d’une importance majeure », a poursuivi le philosophe, selon qui le chef de l’Etat « a affirmé cela, en préambule de l’entretien, avec beaucoup de force. Les émissaires ont été surpris de la clarté de la position française ».

LE « DANGER MIGRATOIRE » SUSCITÉ PAR L’INSURRECTION LIBYENNE

Ces déclarations ont été confirmées dans la foulée par l’entourage de Nicolas Sarkozy, qui a raccompagné ses trois invités sur le perron de la présidence et leur a longuement serré la main pour les photographes et les télévisions. « C’est une action politique importante », a-t-on insisté. A l’issue de leur entrevue avec le chef de l’Etat français, les représentants de l’opposition libyenne ont aussi indiqué que leur hôte allait proposer vendredi, à Bruxelles, aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne un « plan global » sur la crise libyenne.

Tout en confirmant son existence, la présidence n’a pas livré les détails de ce plan, mais en avait déjà esquissé quelques grandes lignes mercredi, avant le rendez-vous de Nicolas Sarkozy avec les opposants libyens. Selon l’entourage du président, la France souhaite renforcer l’action humanitaire déjà engagée avec l’ONU en Libye dans la zone contrôlée par les rebelles, et que l’UE examine la question d’un embargo sur le pétrole libyen. Paris veut aussi aborder avec ses partenaires européens la question du « danger migratoire » suscité par l’insurrection libyenne.

Hors du cadre européen, Paris et Londres travaillent aussi à l’ONU à un projet de résolution du Conseil de sécurité, qui permettrait d’imposer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye. En choisissant clairement le camp des rebelles à la veille du sommet de Bruxelles, Nicolas Sarkozy, qui a réclamé plusieurs fois le départ du colonel Kadhafi, souhaite entraîner le reste des pays européens, jusque-là prudents et divisés sur leur attitude face à la crise libyenne.

 

Dans : ACTUALITES
Par agboville
Le 11 mars, 2011
A 0:40
Commentaires : 0
 
 

L’ALCOOL CHEZ LES JEUNES

« L’alcoolisation des jeunes ça suffit ! »

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a présenté mercredi plusieurs mesures pour lutter contre l’alcoolisme des jeunes, qui seront effectives en 2009.

QUELLES MESURES ?

* l’interdiction totale de la vente d’alcool aux mineurs : AVANT, la loi interdisait aux moins de 16 ans d’acheter de l’alcool (bière…) dans un supermarché ou d’en consommer dans un bar. MAINTENANT, ce sera interdit aux moins de 18 ans.
Les commerçants ou les cafetiers pourront vérifier l’âge du client en exigeant la présentation d’une pièce d’identité. Pour s’assurer de l’application de la loi, les contrôles policiers seront plus fréquents dans ces établissements. En cas d’infraction, le commerçant est visé par une amende de 7.500 euros et une suspension de sa licence.

* la fin des open bars ( qui permettent de boire autant d’alcool que l’on veut pour un prix forfaitaire) : selon la ministre, ça mettrait fin au « binge drinking » (ingurgiter un maximum d’alcool en un minimum de temps).

* La ministre doit se prononcer sur l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique vers les établissements scolaires, et sur la vente dans les stations-service.

Selon la dernière étude menée auprès de 30.000 jeunes de 17 ans, la fréquence des ivresses augmente considérablement. L’enquête révèle une augmentation de 50 %, entre 2004 et 2007, des hospitalisations pour ivresse de jeunes à la fois parmi les 15-24 ans, mais aussi en pédiatrie parmi les moins de 15 ans.

MON AVIS !

Perso, je pense que c’est déjà un bon début d’interdire la vente d’alcool (quel que soit l’alcool, parce qu’avant l’alcool doux était autorisé pour les + de 16 ans).
Mais les commerçants vont-ils vraiment vérifier l’âge ?
Est-ce vraiment à eux de le faire ?
Les contrôles policiers seront-ils vraiment fréquents ?
Et puis c’est pas difficile pour un mineur de trouver quelqu’un de majeur pour lui acheter l’alcool.
Parce que franchement, ça craint à 15 ans (parfois moins) d’être hospitalisé pour ivresse. Enfin même majeur, ça craint d’en arriver à l’hospitalisation.

==> Comme beaucoup de monde je pense, j’ai parfois un peu trop bu (mais pas à 15 ans), mais je me suis toujours arrangée pour me faire ramener par quelqu’un de sobre (quitte à appeler mes parents & me faire engueuler, mais ils préfèrent que je les appelle de toute façon).

Je sors toujours accompagnée (soit de filles, soit de mecs), parce que c’est triste à dire, mais une fille ne peut plus vraiment sortir seule en toute sécurité.

J’ai toujours gardé mon verre avec moi. Ca aussi faut faire attention !

Et je ne conduis pas après avoir bu (de toute façon, j’ai pas le permis, donc c’est pas compliqué. Mdr)
D’ailleurs, le code de la route autorise l’absorption de 0,5g d’alcool maximum dans le sang, mais selon moi : 0g d’alcool pour prendre le volant ou .. rien !

Et puis pour ceux qui sortent & qui boivent souvent un peu trop, pensez à désigner un capitaine de soirée, c’est bête mais ça peut sauver des vies.

VOTRE AVIS ?

Dans : Non classé
Par agboville
Le 8 mars, 2011
A 20:25
Commentaires : 0
 
 

Les combats à l’ouest de la Côte d’Ivoire ont fait fuir des dizaines de milliers de civils

Par RFI
La situation est toujours tendue dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. La zone à la frontière avec le Liberia est le théâtre d’affrontements militaires depuis deux semaines, un face-à-face entre les forces armées des Forces nouvelles (FN) et les Forces de défense et de sécurité (FDS) fidèles à Laurent Gbagbo. Le président sortant a mis la filière cacao sous le contrôle de l’Etat et ne se rendra pas en personne à la réunion de l’Union africaine prévue jeudi 10 mars 2011 à Addis-Abéba.

Après la prise de la ville de Toulepleu, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, les ex-rebelles des FN, alliés à Alassane Ouattara, se sont affrontés, lundi 7 mars, aux forces armées pro-Gbagbo (FDS) près de Bloléquin, à quelques dizaines de kilomètres de là. Ces combats ont provoqué la fuite de dizaines de milliers de civils.

08/03/2011 – CÔTE D’IVOIRE / ECONOMIE
Laurent Gbagbo nationalise le cacao ivoirien
Faute d’observateurs indépendants sur place (les casques bleus ne patrouillent plus dans la zone), en raison de l’insécurité ambiante et faute d’un réseau téléphonique encore en état de marche, il est très difficile d’obtenir des informations fiables sur la situation militaire à l’ouest du pays. Il faut donc actuellement s’en tenir aux déclarations des deux camps.
Du côté des FN, on assure tenir la ville de Toulepleu depuis lundi et avoir poursuivi l’offensive plus à l’est en direction de Bloléquin. Les ex-rebelles disent être actuellement positionnés à environ six kilomètres de cette localité. Le chef des opérations du Front de libération du grand ouest, une milice favorable à Laurent Gbagbo, confirme que les FN se trouvent dans un village situé non loin de Bloléquin et que des combats ont fait rage lundi 7 mars. Mais d’après lui ses hommes ont reconquis Toulepleu. En fait, le seul point sur lequel les deux parties s’accordent, c’est que la matinée de mardi a été calme mais qu’une reprise des affrontements est inévitable.

Marches à Abidjan

Par ailleurs, à Abidjan, en dehors de quelques tirs sporadiques à Abobo, selon plusieurs sources, la nuit a été calme. Enfin, signalons que ce mardi matin 8 mars à l’occasion de la journée de la femme, des militantes du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ont organisé des marches à Abidjan et dans diverses villes du pays. Ces rassemblements se sont déroulés sans heurts à l’exception de Port-Bouet où les femmes pro-Ouattara ont été dispersées par des étudiants favorables à Laurent Gbagbo.

Et c’est dans ce climat tendu que l’Union africaine a invité Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara à assister, jeudi 10 mars, à une réunion à Addis-Abéba au siège de l’organisation. Laurent Gbagbo ne s’y rendra pas en personne. Mais, selon son entourage, il sera représenté par le chef de son parti, Pascal Affi N’Guessan. Alors, on le voit, le bras de fer entre les deux hommes se poursuit.

A lire: l’appel de Human Rights Watch aux bélligérants

Dans : Non classé
Par agboville
Le
A 19:22
Commentaires : 0
 
 

Laurent Gbagbo nationalise le cacao ivoirien

Le président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo a décidé, lundi 7 mars 2011, de prendre le contrôle des achats et des exportations de cacao dont le pays est le premier producteur mondial. Une mesure destinée à fournir des liquidités au gouvernement du président sortant alors que le pays fournit 40% de la récolte internationale de cacao.

Selon le décret publié lundi 7 mars au soir par le gouvernement ivoirien, seul l’Etat est désormais autorisé à acheter les fèves de cacao et les cerises de café aux paysans. C’est le gouvernement qui déterminera au début de chaque période de vente le prix que toucheront les planteurs. Qui plus est, l’administration ivoirienne contrôlera aussi les exportations. Soit elle y procédera directement, soit elle agréera des entreprises privées.

C’est une nationalisation de la filière café-cacao de Côte d’Ivoire. Sur le marché mondial, cela ne passe pas inaperçu. La Côte d’Ivoire fournit en effet 40% de la récolte internationale de cacao. Tous les industriels du chocolat ont en permanence les yeux tournés vers Abidjan et San Pedro, les deux grands ports d’exportation ivoiriens.

Retour à la Caistab

Pour qui connaît un peu l’histoire de la Côte d’Ivoire, ce dispositif a des airs de déjà vu. Ce que Laurent Gbabgo veut réinstaurer c’est une nouvelle Caisse de Stabilisation, sur le modèle de celle qu’avait créée le président Félix Houphouët-Boigny en 1960. Cette « Caistab », comme on l’appelait, permit aux dirigeants ivoiriens de soutenir et de développer l’agriculture ivoirienne.

Un système de péréquation garantissait aux exportateurs un prix minimum de vente, ce qui permettait au gouvernement de fixer un généreux prix d’achat aux paysans. Mais cette Caistab servait aussi de caisse noire au gouvernement. Elle servait à financer le système clientéliste en place. Elle en fut victime. Sous la pression de la Banque Mondiale et du FMI (Fonds monétaire international), le gouvernement ivoirien fut obligé en 1999 de saborder cette caisse.

Dans le décret publié lundi 7 mars au soir par le gouvernement de Laurent Gbagbo, le mot de « Caistab » n’est pas prononcé. Mais voilà longtemps que le président ivoirien sortant voulait en revenir là. Il en était empêché par les bailleurs de fond avec lesquels la Côte d’Ivoire était en négociation pour annuler la dette extérieure.

Cette nationalisation de la filière café-cacao intervient cependant alors que l’économie ivoirienne est privée de liquidités car mise au ban du système financier ouest-africain. Or sans espèces sonnantes et trébuchantes, pas question d’acheter leur fèves de cacao aux paysans ivoiriens.

Un mois de mars traditionnellement creux

Qui plus est, le président reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara a décrété un embargo sur les exportations de cacao. Par ailleurs, les pays européens ont mis les ports ivoiriens sous sanctions. Tout exportateur, tout armateur, tout négociant européen ou opérant en Europe qui utiliserait les terminaux de San Pedro ou d’Abidjan tomberait sous le coup de lourdes sanctions financières européennes.

Enfin, le mois de mars est un mois très creux sur le marché ivoirien du cacao. Traditionnellement, pas plus de 10 à 20 000 tonnes de fèves n’arrivent au port sur une récolte totale dépassant le million de tonnes. La récolte principale démarre en octobre et se termine en février. La récolte secondaire se déroule au mois d’avril et mai.

C’est donc au mois d’avril, qui marque le début de la récolte intermédiaire, qu’on verra si le dispositif adopté par le gouvernement de Laurent Gbabgo peut fonctionner, si l’administration contrôlée par le président sortant a les moyens financiers pour acheter leurs sacs de fèves aux paysans. Et si cette mesure est autre chose qu’un pari économique et une manœuvre politique destinée à rassurer ses partisans.

Dans : Non classé
Par agboville
Le
A 19:21
Commentaires : 0
 
12
 
 

TV2 |
JUVENIL WORLD |
Transparency Mali |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gabicoolvedette
| Appliances Repair Center El...
| azmza